AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ed'...______ Burn in Hell? || U-c

Aller en bas 
AuteurMessage
Edward L. Krieg

avatar

Masculin
Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/08/2008

Feuille de personnage
Humeur:
Affinités:

MessageSujet: Ed'...______ Burn in Hell? || U-c   Lun 11 Aoû - 15:24


Découvrez Bob Dylan!


« How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
...
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.
»




    Identité
    Nom : Krieg. D'origne allemande, qui signifie la guerre. Comme si le destin avait sentie bien avant sa naissance, qu'il allait passer sa vie..; ainsi que sa mort à se battre. Contre sa propre famille, contre les autres, contre lui-même. La lutte. Toujours la lutte.
    Prénom(s) : Edward, Lewis. Ils sont anglais et très significatifs de ce que sa famille attendait de lui: qu'il soit digne, fière, classe. Alors il se fait appeler tout simplement Ed'.
    Âge réel : 29 ans.
    Âge dit "vampirique" : 23 ans.
    Date et lieu de naissance : 10 mars 2041, NYC.
    Don :
    Régime alimentaire : Edward au tout début, c'est à dire durant une bonne année, a cédé à l'appel du sang. Il était un jeune vampire sanguinaire et assoiffé, qui n'hésitait pas à tuer plus que de raison. Il aimait traquer les humains, sentir la peur transpirer de leur corps, voir la vie s'enfuir lentement... Mais depuis qu'il a quitter son groupe (après une violente dispute avec son "maitre"), et qu'il vit en solitaire, il s'est habitué à ne plus se nourrir d'humain.

    Introspection
    Caractère :

    « Je m'en souviens très bien. C'est comme si je l'avais encore auprès de moi, avec son petit sourire timide. Lorsqu'Edward était plus jeune, c'était un enfant adorable, propre sur lui, souriant et avec la conversation facile. Tout le monde s'accordait là dessus. Que ce soit ses professeurs, parce qu'il travaillait énormément et était le meilleur de sa classe, les parents d'élèves car lorsqu'il se rendait chez ses camarades il donnait une image de petit blondinet mignon, gentil et poli. Tout le monde... sauf ses parents. Leur fils n'était jamais assez bien pour eux, alors en privé, ils passaient leur temps à le réprimander et à le dévaloriser. Edward était comme ça, manipulable, ou plutôt il voulait satisfaire ses parents. Ils l'ont cru jusqu'à ce qu'il se montre sous son vrai jour, celui sous lequel je le connaissais, même s'il s'en cachait bien, même auprès de moi. La « règle » était qu'il devait me rendre une petite visite au moins une fois par semaine, parce que je suis une vieille dame bien en mal de discutions. Il n'était pas obligé, mais très rapidement c'était devenu une habitude. J'étais sa « mamie-gâteaux » en quelque sorte. Et puis il adorait trainer dans ma bibliothèque, lisant et relisant son auteur préféré: Jules Verne. A chaque fois qu'il passait le pas de ma porte et qu'il déposait ce même baiser sur ma joue, je ressentais toute la peine qu'il avait au fond de lui. Il aimait profondément ses parents... mais jusqu'à quand un enfant peut-il supporter de se faire trainer dans la boue à chaque pas qu'il fait? - soupire - C'est uniquement de leur faute si Edward est parti. Jusqu'à ses huit ans, il est resté comme cela, à supporter les réflexions à la maison et en faisant bonne figure en publique. Et c'est à partir de là qu'il a commencé à me parler franchement. Avant, il se contentait de quelques vagues allusions et puis un jour il a commencé à se livrer. Il s'est révélé blessé et vraiment peu sur de lui. C'est exactement ça, il manquait complètement de confiance en lui. C'était terrible de voir quelle image ils avaient réussit à lui faire prendre de lui-même. J'ai eu beau essayer de le rassurer, il préférait que je l'écoute plutôt que de tenter vainement de lui dire que tout était faux. Je crois que j'ai réellement pris conscience à ce moment là qu'il n'allait pas continuer ainsi toute sa vie... il a continué à s'écraser durant huit ans, mais la frustration et la violence dont ils l'accablaient ont finit par le faire exploser. Dix-sept ans, dans un des meilleur lycée new-yorkais, très beau et brillant, mais toujours cette relation avec ses parents. Ça avait finit par empiéter sur sa vie sentimentale. Il fuyait les autres lorsqu'on commençait à l'approcher de trop prêt, à s'intéresser à lui. Il ne se croyait pas capable d'être à la hauteur de qui que ce soit, mise à part dans son travail intellectuel et encore... Pourtant, il était amoureux d'une certaine Sarah. Je me souviens très bien la manière dont il m'en a parlé et comment il la décrivait dans les lettres qu'il m'adressait depuis là bas. Ils se parlaient de loin. Et c'est finalement son « meilleur ami » qui a finit par sortir avec elle. Ed' en a été affecté plus que de raison et lorsqu'il est rentré chez lui pour le week-end, il était taciturne. Cette situation a duré un bon mois, il ne venait même plus chez moi. Ensuite il est tombé gravement malade. On a jamais vraiment su pourquoi, mais je crois qu'il a commencé à se rendre compte qu'il n'était pas lui-même avec toute cette pression autour de lui. C'était un rêveur. Il avait envie de voyage bon Dieu ! Le monde l'appelait, la découverte ! Il n'avait aucune intention de finir derrière un bureau à faire de la politique ! On l'a soigné. Il s'est rétabli. Et puis un jour, une journée d'hiver, le 19 février 2059, il est venu me voir. Il venait me dire au revoir. Ma tristesse c'est mêlée à ma joie: Edward allait enfin pouvoir vivre pour lui. », Kateline, dites Katty, décédée il y a un ans, la confidente du jeune Edward.

    « L'boulot était pas facile, n'importe quel petit nouveau se s'rait barré au bout d'une petite semaine. Mais pas Ed'. C'est un gars acharné. Lorsqu'il veut quelque chose il le fait jusqu'au bout. J'ai jamais su pourquoi il était venu ici, j'sais même pas son nom et d'où il vient, mais en tout cas, j'crois qu'il avait besoin de se prouver quelque chose, comme si puer le poiscaille, se lever à 4h du matin, être trempé et crever de froid l'aidait à se sentir... vivant. Lorsqu'il est arrivé, j'me suis demandé s'il se foutait pas de moi. Habillé dans son jean de marque avec son T-shirt et son sourire parfait, j'ai vraiment cru que c'était un de ses richards qui venait ici pour changer d'horizon pour un ou deux jours. Mais il a présenté les choses à peu près comme ça: il avait beau être bien fringuer et faire propre sur lui, il avait besoin de fric et il était prêt à supporter n'importe quel boulot. Et puis il a rajouter avec un petit sourire moqueur et un ton ironique: « Je ne suis pas le petit bourgeois qui tente une nouvelle expérience, vous pouvez compter sur moi. ». Comme s'il avait lu dans mes pensées. Alors j'l'ai mit à l'essai pour une semaine: décharger les caisses des bateaux et les arracher pour qu'on puisse trier. J'ai jamais vu un mec faire ça avec autant d'esprit. Ce type arrivait à mettre la bonne humeur partout où il passait. Alors j'ai finit par le mettre sur le bateau. C'était ce qu'il voulait en faite... Lorsqu'on avait une pause, il allait sur le pont avant et puis il regardait la mer. Comme s'il ne lavait jamais vu. On s'foutait de lui au début, parce que pour un mec comme ça c'était assez bizarre. La rumeur dans l'équipe était qu'il était peut-être gay... enfin bref, il avait un petit côté poète quoi. En tout cas, tout le monde le trouvait vraiment sympa. Toujours souriant quoi qu'un peu tourmenté. Hélas pour nous, une fois son contrat terminé, il est parti. Apparemment il faisait des économies pour se barrer en voitures à l'autre bout du pays, parce que New-York ne l'intéressait plus. Dommage pour nous, c'était franchement un bon gars. », Declan Mitchoun, collègue d'Edward sur le Sony, bateau de pêche.

    Au cour de sa vie, Edward a beaucoup évolué. Les premiers temps ont été difficile. Jusqu'à ses vingts ans où il quitta la maison familiale pour vivre sa vie comme il l'entendait. L'histoire s'est passé calmement. Il n'avait aucune intention et aucune envie que cela fasse des émules. Un jour il est revenu du lycée et a débarqué dan la cuisine pour annoncer qu'il partait. Sa mère a pleuré et son père a commencé à crier. Mais rien n'y faisait, il les a calmé en leur expliquant que ce n'était pas une vie pour lui, et que la réussite n'était pas son but. Il voulait voyager, et rencontrer des gens. Pourquoi pas écrire un livre pendant ce temps? S'en est suivit d'une longue période de trois ans où il passait de petits boulots en petits boulots. Son humour se développait au fur et à mesure qu'il avançait et puis il apprenait à se connaître aussi. Comme si son enfance lui avait interdit la découverte de ses ressources. Il lisait toujours autant et puis sa timidité s'atténuait quelque peu. Finalement il est passé de l'autre côté, celui de l'ombre, de la mort.

    « Edward... lorsque je l'ai rencontré, il bossait dans une librairie. Au milieu de ses bouquins, il avait l'air tout à fait dans son univers. Comme un poisson dans l'eau. Sans le connaître, je savais déjà qu'il serait intéressant de faire connaissance avec lui... Il avait un coté mec un peu paumé avec sa casquette plantée sur la tête, sa barbe de quelque jour et sa chemise de bucheron. C'est un peu pathétique de ma part, surtout pour un mec qui a vécu plus d'une cinquantaine d'année, je vous l'accorde, mais lorsqu'il m'a présenté son bouquin de poésie préféré, je crois que l'envie de l'avoir m'a submergé. Moi, Emily, Claire et Jason, on s'est installé en ville pour un petit moment. Les endroits paumés sont les meilleurs pour trouver des victimes. Certains vous dirons le contraire, mais je peux vous assurer que les bled de campagne regorge de... bref. On traine toujours en ville avant de fondre sur quelqu'un. Histoire de repérer un peu les lieux, les gens et de se trouver un coin tranquille afin de ne pas être emmerdé par n'importe qui ou n'importe quoi. Ce jour là, on s'était séparé, j'étais pas d'humeur... énervé, stressé, je sentais un truc bizarre. C'était comme une odeur dissipée dans le vent, un truc vague mais bien présent, presque pesant. Je n'y ait pas vraiment prêté attention... Grave erreur. Ses enfoirés de chiots étaient planqués et ils ont carrément pété les plombs lorsque la nuit est venue, ils ont du sentir qu'on était dans le coin. C'était l'horreur et plusieurs personnes se sont fait éventrées là au milieu, sans cri et gare. Moi j'ai finit par rampé tellement j'étais dans un état pitoyable et j'ai complètement perdu les autres de vue. Dans la débandade je me suis barré et je suis rentré dans la première baraque qui est venue sur mon chemin. Je vous passerais les détails, mais Edward m'a aidé à me rétablir durant une petite semaine. C'était complètement dingue. Il savait... je veux dire il savait ce que j'étais, pourtant, malgré le danger et tout le dégout que je pouvais lui faire éprouver, il m'a aidé à retrouver les autres. C'est moi qui lui ait demandé s'il voulait nous rejoindre, malgré les protestations d'Emily. Je sentais bien qu'il avait besoin de changement... qu'il fallait que je le change pour qu'il apprenne enfin à vivre par lui même. Et puis cette dévorante envie de découvrir le monde allait lui être offerte sur un plateau, par moi, comme si je me sentais redevable envers son esprit et son corps... Si je m'attendais à cela... non. Après sa transformation apparemment plus douloureuse que prévue, je me suis occupé de lui avec l'aide d'Emily, qui avait finit par l'accepter sous la condition qu'elle allait lui apprendre « quelques trucs. ». Je peux vous assurer que ses « quelques trucs », venant d'une telle vipère, une assoiffée, ça rendrait malade n'importe quel humain. Pourquoi est-il devenu aussi violent et incontrôlable? Je l'ignore, mais je pense que c'est la première fois où il s'est senti aussi libre. Alors il n'a pas résisté à ses pulsions animales: l'appel du sang et de la vie. », James, maitre et amant d'Edward durant plus d'une année.

    « Je ne crois pas être une personne intéressante. Je suis juste un pauvre mec qui durant trop longtemps s'est trouvé dépendant des autres et trop faible d'esprit pour lutter contre eux. Il y a eux d'abord mes parents, ensuite lorsque j'ai réussit à passer le cap et à me tirer de toute cette merde, je suis tombé sur eux... et particulièrement James. Ils m'ont changé, ils ont changé toute ma vie et la vision dont je pouvais en avoir. J'allais être libre de faire ce que je voulais, sans date limite, alors pour une fois pourquoi ne pas en profiter? C'est amusant, en y repensant, la façon dont j'ai réagit à la situation. Je suis immortel, j'enlève la vie pour avoir l'air un semblant vivant, alors que j'avais toujours eu des valeurs de respects pour les autres. L'alcool et les drogues aidant, je me suis oublié et je les ai suivit sans réfléchir à qui j'étais, à ce que je voulais vraiment. Comme d'habitude les autres me bouffaient carrément. J'ai cru connaître... « l'amour » que je n'avais jamais réussit à arraché à mes parents auprès de James, en réalité je me rendais ridicule de croire qu'on était capable d'un tel sentiment. On n'aime pas, on prend plaisir à être fasciné ou à satisfaire quelqu'un par nos actes, c'est tout. J'ai toujours vécu là dedans, alors pourquoi ça aurait été différent avec lui? En tout cas, j'ai prit conscience de tout ça lorsque j'ai arrêter de boire. C'est arrivé soudainement vous voyez, mais je n'avais plus ce goût du sang. Ou plutôt je ne considérais plus devoir quoi que ce soit à qui que ce soit. Alors je me suis tiré, une fois de plus... Finalement, c'est peut-être une sorte de cercle vicieux. Je vais me sentie libre durant quelque temps et puis ensuite je retomberai sous la coupe d'un plus « grand » que moi. Vous trouvé ça cynique? Alors vous devez avoir une vie bien tranquille. J'ai l'éternité devant moi, une éternité pour découvrir le monde, pour en lire tout les livres, mais aussi et je crois que c'est le risque, pour me retrouver seul. » E. L. Krieg.


    RP
    Ecrivez le premier RP que vous allez jouer sur Ad Eternam. Vous irez ensuite, après votre validation, le poster dans l'endroit voulu en RP libre, et non pas privé. Cela me permet de vérifier votre niveau et aussi de rendre vivant le forum. Bonne chance à vous.

    Hors jeu
    Personnalité choisie pour l'avatar : Ryan Gosling

    Prénom/pseudo : Z.
    Âge : 17 ans
    Fréquence de connexion : Tout les jours et après la rentrée juste les week-end, j'suis en internat.

    Comment avez-vous découvert le forum ? par des partenariat.
    Comment trouvez vous le design ? <3, c'est ce qui m'a plu en premier, suivit du contexte et du fait que l'on puisse inventer ses personnages.
    Et le contexte ? Je le trouve développer, clair et très intéressant puisqu'il y a des intrigues.


Dernière édition par Edward L. Krieg le Mar 12 Aoû - 21:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajay Emery

avatar

Féminin
Nombre de messages : 45
Age : 30
Date d'inscription : 01/08/2008

Feuille de personnage
Humeur:
Affinités:

MessageSujet: Re: Ed'...______ Burn in Hell? || U-c   Lun 11 Aoû - 21:37

Bienvenue Wink Trés bon choix de musique. Loowe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riley J. Kennedy

avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Date d'inscription : 09/06/2007

Feuille de personnage
Humeur:
Affinités:

MessageSujet: Re: Ed'...______ Burn in Hell? || U-c   Mar 12 Aoû - 15:06

Bienvenue, merci de ton inscription ! Mr Green

_________________
    AVATAR PAR MB.
    ICÔNES PAR * & ME.

    DOUBLE COMPTE : MARYBELL SULLIVAN/PERFECTADMIN (a)
    W.WONKA FAN
    JE NE SUIS QU'UNE INFIME PARTIE DE MOI-MÊME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ed'...______ Burn in Hell? || U-c   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ed'...______ Burn in Hell? || U-c
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» G. Kieran McTavish- Burn in Hell
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
# AD ETERNAM. :: • Tempéré chaud ou froid, le No man's land :: } Celui que vous êtes. :: } Présentations.-
Sauter vers: